Au programme de la formation aujourd’hui, un pilier de vie incontournable : les besoins (extrait)

1032621451

Et oui, l’époque où Maman vous donnait la becquée et vous essuyait les fesses est terminée… je vous le souhaite en tout cas !

Ce changement ne c’est pas fait facilement mais l’enfant à un potentiel d’évolution et d’adaptation incroyable, et l’adulte aussi: on a tendance à l’oublier par notre recherche de confort. En revenche l’enfant à une capacité à répondre à ses besoins qui devrait nous inspirer…

Il n’est pas toujours simple de se prendre en charge seul, d’assumer la responsabilité de sa qualité de vie. Et puis on se laisse emporter par le tourbillon de la vie : plus le temps de penser à soi ; d’abord c’est égoïste aux yeux de la société… A la limite, on va s’occuper des autres : il est parfois plus simple d’écouter ou de voir leurs besoins ; peut-être aussi parce qu’on leur accorde plus de valeur qu’à nous-même…

Et pourtant !!!

Comment voulez-vous être efficace dans la vie si vous ne prenez pas soin de vous ?

Si vous ouvrez la boite de vos besoins, qu’allez-vous y trouver?

Nous vous proposons d’en faire une lecture.

————————————————————————————————————————————————–

Arthur Manfred Max-Neef, est un économiste et environnementaliste chilien principalement connu pour son modèle de développement humain basé sur les besoins humains fondamentaux. Il nous dit que l’homme, partout dans le monde, cherche à combler 9 besoins fondamentaux:

- Subsistance
– Protection, sécurité
– Affection, amour
– Compréhension
– Participation
– Loisir, Création, créativité
– Identité, sens
– Autonomie, liberté

Dans certains cas nous confondons besoins et stratégies. Par exemple, la nourriture et un abri ne sont pas des besoins, mais plutôt des moyens pour le besoin de subsistance. Il y a diverses manières de satisfaire ce besoin, telles que l’allaitement par exemple. Le biberon nourrira le besoin de subsistance, tandis que l’allaitement nourrira simultanément les besoins de subsistance, de protection, d’affection, de compréhension, de participation, de loisir, d’identité et de liberté. Chaque société adopte différentes méthodes pour la satisfaction des mêmes besoins fondamentaux. Nous pourrions dire que l’un des aspects qui définit une culture est le choix des moyens qu’elle prend pour satisfaire ses besoins. Qu’une personne appartienne à une société consumériste ou ascétique, ses besoins fondamentaux sont les mêmes. La bonne nouvelle pour l’écologie est qu’il est possible d’avoir plus avec moins de choses. Ce ne sont pas les moyens matériels ni l’énergie qui procurent de la satisfaction, mais le degré auquel nos besoins  fondamentaux sont comblés… L’abondance peut nous être offerte. Nous pouvons dire aux gens qu’ils peuvent avoir plus de ce qu’ils ont toujours voulu (sécurité, communautés de vie et environnement sain et agréable) et moins de ce qu’ils n’ont jamais voulu (violence, peur, pollution, injustice, abus…). Cela ne demande pas plus de ressources, seulement un modèle basé sur la satisfaction des besoins humains fondamentaux!

Vous disposez de ressources suffisantes pour satisfaire vos besoins fondamentaux, a vous d’identifier les besoins dont vous avez besoin!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>